logo-yaggLe 27 mars dernier s’est tenu au siège du CNRS à Paris un colloque intitulé «Être homosexuel.le en Europe au temps de la Seconde Guerre mondiale», organisé conjointement par le Conseil de l’Europe et le laboratoire d’excellence de la Sorbonne «Écrire une histoire nouvelle de l’Europe» (LabEx EHNE). Deux questions principales ont animé les débats: comment les homosexuel.le.s ont-ils et elles vécu durant la Seconde Guerre mondiale dans différents pays d’Europe et comment commémorer les victimes de persécutions subies durant cette période. L’organisateur de cet événement majeur, Régis Schlagdenhauffen, a bien voulu répondre aux questions de Yagg.

Quel est le principal enseignement de ce colloque? Les recherches présentées par des spécialistes originaires de plus d’une dizaine de pays d’Europe ont permis de montrer qu’il n’y avait pas eu de politique uniforme à l’égard des personnes homosexuelles durant la Seconde Guerre mondiale. À l’exception de l’Autriche, ces politiques variaient selon que l’on soit un homme ou une femme. Ainsi, dans certains pays le temps de guerre n’a pas fondamentalement modifié une situation déjà complexe comme en Suède par exemple, ou encore, en Espagne. À l’inverse, dans les pays occupés ou annexés par l’Allemagne, les situations furent plus contrastées.

Lire la suite sur Yagg.com