bobignymageSur l’esplanade suspendue au-dessus de la nationale 186 donnant accès au tribunal, les baffles crachent poussivement les rimes du groupe la Rumeur sur quelques centaines de personnes. A l’appel du Collectif Contre le Contrôle au Faciès, des acteurs associatifs et des citoyens se sont amassées sur cette improbable canopée. Un élément assez nouveau ne manque pas d’interpeller les (malheureusement) habitués de ces regroupements : la quasi-absence des militants historiques des luttes contre les bavures policières, anciens du MIB ou du FSQP qui ont tant contribué à faire reconnaître comme des faits politiques ce que beaucoup considéraient comme d’inintéressants faits divers. Beaucoup de militants d’extrême gauche parfois très jeunes et reconnaissables à leur sac à dos, arpentent la dalle en distribuant des affiches pour les prochaines manifestations, notamment celle prévue en mémoire de Clément Méric… Ou l’éternelle tentative de « relier les luttes ».

Bloggeurs coupés du monde présent

Balla Fofana, membre de la rédaction du Bondy Blog venu très tôt, raconte comment les journalistes étaient surreprésentés au début du regroupement. Il est vrai que les caméras de ITélé, de BFM, de France 3 et de plusieurs titres alternatifs, ne cessent de capter les témoignages… ou de guetter un nouvel embrasement. Quelques artistes sont également présents parmi la foule : Disiz la Peste, D’de Kabal, Saïdou du Ministère des Affaires Populaires. Même Rost, rappeur soutien de François Hollande et désormais membre du Conseil économique social et environnemental, se mêle aux manifestants. Plusieurs jeunes dont on ne sait s’ils sont des journalistes ou des citoyens œuvrant pour leur blog, leur réseau social ou leur rédaction, tapotent frénétiquement sur leur téléphone, coupés du monde et des groupes de discussion qui se forment ; entièrement voués à nourrir Facebook ou Tweeter.

Lire la suite de l’article sur Presse et Cité en cliquant ici