actup_lot_05_06_2015«C’est un dossier extrêmement grave et malheureusement, le cas de M. Sudret n’est pas isolé.» Au téléphone, Corinne Lakhdari, coordinatrice du pôle social d’Act up-Sud ouest, est remontée. Son ton est tour à tour vindicatif puis revendicatif. Avec d’autres militant.e.s de l’association, elle revient ce lundi 15 juin au matin du zap des locaux de la Maison départementales des personnes handicapées du Lot (MDPH 46), à Cahors.

En fin de matinée, comme France 3 Midi-Pyrénées s’en est fait l’écho, une dizaine de militant.e.s de l’association de lutte contre le sida, ont, en effet, fait irruption et occupé le hall de la MDPH 46 en soutien à Marc Sudret, un «malade historique» du sida dont l’aide au handicap dont il bénéficiait depuis neuf ans et jusqu’en 2016 – trivialement la Prestation de compensation du handicap (PCH) – a été soudainement supprimée. Un cas emblématique pour la travailleuse sociale, et que son association, plus généralement, dénonce. «Depuis deux ou trois ans, il y a une diminution ou une suppression continue de droits sociaux des personnes atteintes du VIH comme la Prestation de compensation du handicap (PCH), l’Allocation aux adultes handicapés (AAH)», tempête la militante. Marc Sudret, lui, en aurait manifestement fait les frais…

Lire la suite sur le site de Yagg.com et soutenez ce média indépendant !