Depuis quelques années la République dominicaine a fait de la chasse à l’haïtien un sport national.

republique-dominicaine---silence-on-deporte------150731054709--cran-associations-noires-de-franceEn 2010, puis en 2013 des lois successives ont restreint les droits des populations haïtiennes en Dominique, par la suppression du droit du sol, et en décidant de « dénationaliser » près de 250 000 haïtiens nés de parents étrangers, et ce depuis 1929.

Récemment un Plan National de Régularisation des Etrangers (PNRE) a été mis en place avec obligation pour les étrangers de s’y inscrire jusqu’en juin 2015. Les contrevenants ont jusqu’au 9 août pour partir du territoire.

Faute de temps, nombreux sont ceux qui n’ont pas pu le faire, poussant ainsi à l’exode des centaines de milliers d’haïtiens craignant pour leur vie.

Le CRAN dénonce avec force la brutalité avec laquelle se fait cette déportation massive des populations haïtiennes.

Plusieurs personnalités se sont émues de la situation difficile dont sont victimes les haïtiens de la Dominique, notamment  Mario Vargas Llosa, Prix Nobel de Littérature, qui déclare la loi de « dénationalisation » inique et qui l’assimile aux lois hitlériennes des années 1930.

Le CRAN demande aux instances internationales, notamment aux Nations Unies, de soutenir le gouvernement haïtien, seul face au débordement de ses frontières, et d’exhorter les autorités dominicaines à accepter les propositions du Premier Ministre haïtien pour organiser ce déplacement massif des populations.

Bien que l’OEA (Organisation des Etats Américains) se soit saisie de ce dossier brûlant, le CRAN s’étonne du silence assourdissant dont fait preuve la communauté internationale face à ce drame humain, alors que chaque année des milliers de touristes internationaux affluent en Dominique sans considération pour ces femmes et ces hommes depuis toujours maltraités dans ce pays, et aujourd’hui ignominieusement déportés dans            l’indifférence.

Le CRAN se joint au Collectif pour le respect des Droits de l’Homme en République Dominicaine* et appelle au boycott du Tourisme et aux produits dominicains jusqu’à l’arrêt total de ces déportations honteuses.

Enfin, le CRAN incite à une grande vigilance de la part des autorités de la Caraïbe pour que la situation qui prévaut en Dominique ne gagne pas d’autres états de la région.

Des actions du CRAN pour soutenir les haïtiens dominicains seront prochainement organisées à Paris.

Contact : Eléonore Bassop, 06 12 51 09 78

* Le Collectif regroupe La Ligue des Droits de l’Homme, Le Comité International des Peuples noirs, Amnesty International, La Cimade, le CORECA, l’Association Tetkolé et la Fédération Franco-haïtienne.