… l’association Turbulences constate l’absence d’un lieu d’accueil, de conseil et d’écoute des femmes victimes de violence sur Paris Vallée de la Marne, pérenne et ouvert 24heures sur 24, 7 jours sur 7. Dans le cadre d’un collectif associatif, Turbulences en soutient la création.

 

A l’occasion des élections municipales de mars 2020 et à l’initiative de Turbulences, les associations : Djamma Djigui, Droit de Cité (r) des femmes et Émergences Marne la Vallée directement concernées par le droit des femmes et qui ont fait le même constat, se sont regroupées pour rédiger un plaidoyer destiné aux candidats aux élections municipales des communes du Val Maubuée.

Ces associations ont été soutenues dans leur démarches par La fédération de Seine-et-Marne de La ligue des Droits de l’Homme (LDH), par Amnesty Marne la Vallée, par l’Association Ville-Hôpital (l’AVIH) .

Le collectif d’associations s’est accordé sur le projet suivant :

  • La création d’un lieu d’accueil, d’appui, de conseil et d’écoute permanent, animé par des professionnels sur le territoire du Val Maubuée.
  • La création d’un dépliant informatif sur la prise en charge des femmes, disponible dans les lieux publics ou associatifs.
  • La création d’un espace spécifique sur les sites internet des mairies de notre territoire qui permette un accès en un clic « femmes victimes de violences » avec toutes les adresses d’aides de proximité.
  • Une campagne d’affichage et une rubrique régulière sur ce sujet dans les journaux municipaux.
  • La mise en place d’un observatoire local des violences faites aux femmes avec les professionnels et les associations de femmes, les citoyens et citoyennes : espace de débats, de propositions et d’évaluation des structures d’aides existantes.

 

Le collectif d’associations travaille sur le projet. Rencontres avec les élus et les représentants de l’état sur le territoire sont au programme.