La lettre d’intention a été rendu publique aujourd’hui, mais elle est datée du mois de mai. Deux associations Gaïa et Médecins du Monde annoncent leur intention de mettre en place une salle de consommation à moindre risque à Paris d’ici la fin de l’année…

Ces salles, déja présentes dans 39 villes européennes, permettent aux usagers de drogues confirmés de consommer leurs drogues dans de bonnes conditions d’hygiène, sous la surveillance d’un personnel qualifié et sans la crainte de l’arrestation..

L’objectif de ces associations est double, donner un signal fort aux acteurs et décideurs qu’il est temps de passé à l’acte, et concevoir une modalité opérationnelle qui permette d’innover dans les contenus de ce type de salle.

Côté politique, le parti socialiste s’était dit favorable à ce genre d’expérimentation, lors d’un débat ouvert en 2010. Des élus de droite allaient également dans ce sens, mais le pouvoir en place à l’époque avait rejeté cette idée. Les services du premier ministre, François Fillon, estimait que ces salles n’étaient « ni utiles, ni souhaitables ». « La priorité de Matignon est de réduire la consommation de drogue, non de l’accompagner, voire de l’organiser », expliqué un communiqué.

En juillet dernier, le maire UMP de Nice annonçait la fermeture d’un des deux CAARUD de la ville qui ne « répond plus aux exigences de sécurité », selon Christian Estrosi. Décision de fermeture prise« en accord avec l’Agence régionale de santé (ARS) ». Mais Christian Estrosi dit réfléchir avec les acteurs du dossier à l’ouverture d’une nouvelle structure plus adaptée, et se dit également « favorable à l’expérimentation d’une salle d’injection ».