Par , , publié le 16/08/2013 à 22h11

Un incendie a détruit un camp de Roms à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, sans faire de blessé. C’est le deuxième incendie dans un camp de roms en deux jours. C’est le deuxième incendie dans un camp de roms en deux jours, après celui, la veille, près de Lyon. Le feu a cette fois détruit 1.500 mètres carrés vendredi 16 août en début d’après-midi à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Il n’y a pas eu de blessé, et le feu, qui s’était déclaré vers 14h, a été circonscrit une heure et demi plus tard, selon les pompiers qui avaient engagé 95 hommes et 28 engins sur le sinistre. La raison de l’incendie n’est pas encore connue. Situé rue des Artisans, le campement était composé d’une trentaine de cabanes en bois et en tôle, désormais détruites et entourées d’effets personnels et restes de mobilier qui jonchent le sol. Selon le porte-parole de ces derniers, quelque 150 personnes dormaient chaque nuit dans ce camp. Une centaine d’entre elles étaient absentes lorsque le feu s’est déclaré, une vingtaine ont fui et une trentaine ont été prises en charge par les pompiers.

Un incendie a détruit un camp de Roms à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, sans faire de blessé. C’est le deuxième incendie dans un camp de roms en deux jours.

C’est le deuxième incendie dans un camp de roms en deux jours, après celui, la veille, près de Lyon. Le feu a cette fois détruit 1.500 mètres carrés vendredi 16 août en début d’après-midi à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Il n’y a pas eu de blessé, et le feu, qui s’était déclaré vers 14h, a été circonscrit une heure et demi plus tard, selon les pompiers qui avaient engagé 95 hommes et 28 engins sur le sinistre.

La raison de l’incendie n’est pas encore connue. Situé rue des Artisans, le campement était composé d’une trentaine de cabanes en bois et en tôle, désormais détruites et entourées d’effets personnels et restes de mobilier qui jonchent le sol. Selon le porte-parole de ces derniers, quelque 150 personnes dormaient chaque nuit dans ce camp. Une centaine d’entre elles étaient absentes lorsque le feu s’est déclaré, une vingtaine ont fui et une trentaine ont été prises en charge par les pompiers.

 Lire la suite ici