« Bruno-Pascal Chevalier est mort en colère face à tous les renoncements socialistes : maintien des franchises, fermeture de services hospitaliers, maintien de l’interdiction des soins funéraires pour les séropositifVEs, baisse des subventions aux actions de prévention, de dépistage et de soutien, etc. La Ministre de la santé elle-même ne semble pas manifester le moindre intérêt pour ces questions, en laissant sous-entendre son impuissance fasse à un gouvernement pour qui la santé n’est pas une priorité politique. »

(…) « Ensemble, pour une santé solidaire – c’est le nom du collectif que Bruno-Pascal Chevalier avait créé.« 

Lire  l’article ici sur le site d’Act Up-Paris