Communiqué de presse de la fédération de la Seine-Saint-Denis de la Ligue des Droits de l’Homme [LDH]

Le mardi 27 aout la police expulsait tout le bidonville des Coquetiers à Bobigny en outrepassant largement les décisions du Tribunal Administratif de Montreuil. Après 36h de mobilisation des familles et de leur comité de soutien et avec l’appui de la Ville de Bobigny les familles ont réintégré leurs logements. Une concertation positive s’est enfin engagée entre les résidents et la Ville qui doit permettre le nettoyage et une viabilisation du site : toilettes, collecte des poubelles y compris l’installation d’un point d’eau.

La bonne scolarisation de la totalité des enfants du site aura été un point d’appui important de ce combat.

Reste un point noir. Le matin du 27 la police a fait évacuer les caravanes dotées de cartes grises. Une douzaine de véhicules ont quitté le site dans la panique puisque la menace d’une destruction totale du bidonville était clairement posée. Les caravanes ont été garées à proximité du lieu et la police s’est empressée de les emmener à la fourrière avant que les familles n’aient le temps de s’organiser. Depuis une semaine les propriétaires et les associations tentent vainement de récupérer ces caravanes et se heurtent à un mur.

Une telle situation contraint les familles à vivre jour et nuit dans des conditions très précaires et fait supporter aux enfants scolarisés une rentrée particulièrement pénible.

Qui cherche à se venger des familles qui ont conquis leur dignité en faisant reculer la politique d’expulsion systématique et aveugle ?

Le 4 septembre 2013