Malgré le vœu émis par le Conseil de Paris le 14 octobre dernier en faveur d’un moratoire sur les transferts de services et contre la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu parisien, le démantèlement se poursuit : après les déménagements en catimini, des directives sont aujourd’hui envoyées aux casernes de pompiers afin qu’ils acheminent désormais les urgences vers d’autres établissements.

Cette destruction programmée nous concerne au premier chef, comme usagerEs, séronégatifVEs ou séropositifVEs, du système de santé publique.

Lire la suite de l’article sur le site d’Act Up-Paris