Le blog de Guwen Fauchoix, le 8 avril 2014

Des homosexuels se font salement démonter la gueule parce qu’ils sont homosexuels, des badauds et riverains regardent, un conducteur de bus ferme les portes de son véhicule et repart sans intervenir, mais il ne faudrait pas voir là d’homophobie.

 Un responsable politique (l’ancien député du Nord, Christian Vanneste) peut récuser aux homosexuels toute légitimité politique au prétexte que, selon lui, leur vie différente les disqualifierait mais le tribunal correctionnel de Paris n’y voit pas d’homophobie. Seulement une succession de poncifs et d’idées reçues dont il ne faudrait pas s’alarmer puisque que leur auteur avait lui-même ponctué ses propos de rires satisfaits.
Les principaux responsables religieux, politiques et syndicaux de ce pays s’associent pour dénoncer un climat de haine et lancent un appel au vivre ensemble  en oubliant soigneusement de mentionner l’orientation sexuelle parmi les différences à admettre, comprendre et respecter.
Faut-il s’en étonner quand parmi eux certains ont contribué à entretenir le climat malsain qu’ils entendent aujourd’hui dénoncer ? Mais là encore, il n’y aurait pas d’homophobie dans cet oubli, certainement malencontreux.
Le nouveau Premier ministre, à peine nommé, dans son discours de politique générale, plaidant l’apaisement à son tour, appelle aussitôt après à éviter les surenchères qui profitent aux extrêmes, au nom du consensus. Un consensus qui justifie d’accepter les inégalités de traitement entre hétérosexuels et homosexuels. Mais il n’y aurait rien d’homophobe là-dedans ! casper
Je ne sais pourquoi, c’est une image en fait assez comique qui me vient à l’esprit. Quelque chose du dessin animé. Les homosexuels transformés en Caspers qui n’impriment plus la pellicule, essayant d’interpeller l’opinion publique, et les différents représentants de celle-ci persistant à ignorer leurs appels en toute bonne conscience dans le meilleur des cas.
Hé, ho, il n’y aurait pas comme un problème ? Quelqu’un nous voit, nous entends ? Aurait une toute petite idée de ce que nous vivons ?
Nos opposants voulaient nous faire disparaître, il semble qu’ils sont en bonne voie d’y parvenir, nous voici à l’évidence transparents, inaudibles, invisibles.
Homophobie dîtes-vous ? Quelle homophobie ? Rien que des Français inquiets qu’il faut rassurer, unir, apaiser.