Yaggdotcom-Logo-CMYK1Dans une tribune publiée sur lemonde.fr, Nicolas Gougain, ex-porte-parole de l’Interassociative lesbienne gay bi trans, se dit en colère, d’une colère «froide» et «saine». Moi aussi, je suis en colère, mais ma colère est de moins en moins froide, et je ne suis pas sûre qu’elle soit si saine, à force.

Je suis en colère parce que cette tribune, j’aurais aimé la lire il y a plusieurs mois, lorsque la voix de son auteur avait un poids, lorsqu’il représentait l’Inter-LGBT, lorsqu’elle aurait pu, peut-être, servir à quelque chose.

Je suis en colère parce que les anti-égalité des droits ne devraient pas être reçu.e.s par le gouvernement. Pour la simple raison qu’ils et elles se battent contre l’égalité. En s’élevant contre un principe aussi fondamental, ils et elles devraient avoir perdu toute légitimité. Je suis en colère parce que ce n’est pas le cas. Je suis en colère parce que pour aborder les questions qui touchent à nos droits, nos ministres privilégient les médias qui y sont le plus opposés, La Croix et Le Figaro. Je suis en colère parce que non content de nous faire sans cesse passer pour des enfants gâtés à qui l’on donne la main et qui réclament le bras, le gouvernement choisit de le faire de façon extraordinairement humiliante, comme lorsque Manuel Valls commente la PMA depuis le Vatican ou que la loi Famille est mise au rebut au lendemain d’une «Manif pour tous».

Je suis en colère parce que les associations se plaignent – à juste titre – de l’omniprésence des anti-égalité des droits dans les médias mais qu’elles n’utilisent pas suffisamment les médias qui leur sont ouverts, à commencer par le nôtre, Yagg. Pourquoi apprend-on que l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens a été reçue par Laurence Rossignol au détour d’un communiqué sur les déclarations de Manuel Valls sur la PMA? Lorsque la secrétaire d’État à la Famille a décidé de rencontrer la «Manif pour tous» et l’«Avenir pour tous», on l’a su et bien su. Pourquoi apprend-on par Le Figaro, par la «Manif pour tous», que la présidente d’Act Up-Paris a été mise en examen? Un non-événement, arguent certain.e.s. C’est vrai, une mise en examen indique simplement qu’une enquête est ouverte.

Lire la suite sur Yaag.com ici