place-sorbonneRESF-03-04-14

A l’appel de RESF, de la FIDL et de l’UNL, syndicats lycéens, une soixantaine de militants associatifs et de lycéens se sont retrouvés Place de la Sorbonne pour s’opposer aux expulsions de lycéens sans papiers, notamment pour soutenir le  lycéen d’Ardèche, Gor Norsoyan, menacé d’expulsion le 15 mai prochain.

En effet, Gor Norsoyan, âgé de 19ans et d’origine arménienne, vit en France depuis le 20 Novembre 2012. Malheureusement sa vie risque d’être bouleversée le 15 Mai prochain. En effet, Gor risque l’exclusion car ses papiers ne sont plus en règle. Pourtant, c’est un élève » studieux, gentil et ouvert d’esprit« . Il  est parfaitement intégré au Lycée Vincent d’Indy à Privas. Il veut devenir avocat. ll est soutenu par de nombreux habitants de Privas, des associations, des commercants, des personnalites politiques, ainsi que les deux lycées de la ville.

En mettant en avant la situation de ce lycéen, le Réseau éducation sans frontières (RESF) et les syndicats lycéens FIDL et UNL ont ouvert hier leur premier rendez-vous sur la place de la Sorbonne dans le 5è arrondissement de Paris.

Rappelant qu’en novembre 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, prenait une circulaire dite de régularisation des travailleurs sans papiers, des parents sans papiers ayant des  enfants scolarisés et des jeunes majeurs sans papiers scolarisés,  le Réseau rappelle que seuls  327  ont été régularisés. « Plus de 90% d’entre eux  n’entrent pas dans les critères imposés. » Les conditions de régularisation de ces lycéens sont plus draconiennes que celles imposées par Nicolas Sarkozy en 2004, lorsqu’is étaient lui-même ministre de l’intérieur.

D’après RESF toujours la circulaire  Valls, « fournit maintenant une base légale à leurs refus de titre de séjour. (…)  Ni  expulsés, ni régularisés, les lycéens sans papiers sont maintenus dans  une précarité extrême, empêchés de choisir leur formation, de faire des  projets. Dès qu’ils quittent le système scolaire, ils se retrouvent  privés de soutien,  toujours sans papiers et deviennent des proies  faciles pour une expulsion discrète. »

D’autres rassemblements du même type sont prévus les 10,17, 24, 31 mai prochain, entre 16h30 et 18h, sur cette même place. L’initiative se conclura par les Assises régionales du lycéen-ne sans papiers le vendredi 27 juin au Conseil régional d’Ile de France.

Hier, d’après l’AFP, relayée par Libération.com, « une soixantaine de militants associatifs et de lycéens se sont rassemblés, samedi après-midi à Paris, contre les expulsions de jeunes majeurs sans papiers« 

Lire l’article sur Libération.com