Après l’attaque subie par le musée juif de Bruxelles, deux hommes portant la kippa ont été agressés près de la synagogue de Créteil. Dans ce contexte de violence renouvelée, le CRAN ne peut qu’adresser son soutien et sa compassion aux victimes et à leurs familles.

« On ne devrait pas être inquiété en France quand on porte une kippa ou un voile, et il est dramatique qu’il faille mettre les édifices religieux des minorités ethniques nous surveillance policière », a réagi Louis-Georges Tin. « Mais il importe que la sécurité de tous soit garantie, sans distinction, ce dont les autorités publiques sont responsables », a ajouté le président du CRAN.

Le CRAN entend réaffirmer qu’il convient de lutter contre toutes les formes de racisme, qu’il s’agisse d’antisémitisme, d’islamophobie, de négrophobie, des Roms, etc. A cet égard, le CRAN qui a toujours été très clair sur la nécessaire convergence des luttes au sein de la famille antiraciste, et bien sûr au-delà, tient à saluer l’initiative de la Licra, le 9 mai dernier.

En effet, à la veille de la journée de commémoration de l’esclavage, la Licra a publié un communiqué de presse pour affirmer que « la question des réparations doit être posée, évoquée largement, et sans tabou ». Poursuivant son engagement, le texte envoyé à l’AFP affirme que « sur les modalités, il y a lieu de débattre, mais sur le principe, la Licra estime qu’il ne saurait y avoir de justice sans réparation, surtout quand il s’agit de crime contre l’humanité. »

Enfin, joignant sa voix à celle du CRAN, de la LDH et des syndicats, la Licra a demandé « que soit examinée dès que possible la question de la rançon imposée par la France à Haïti en 1825, qui a pesé fortement et durablement sur l’économie de la première république noire dans le monde. »

Dans ce contexte de crise économique, morale et politique, le CRAN se réjouit de la position forte de la Licra, qui montre qu’au-delà des antagonismes qui existent parfois entre les groupes sociaux, des coopérations actives et fécondes peuvent être menées pour faire avancer la justice et le droit.